Ils sont sûrement heureux de la vie qu’ils mènent

La lumière grise du ciel de Paris que je vois par la fenêtre de la boulangerie dans laquelle je me suis installée. La porte qui s’ouvre de temps en temps, laissant entrer le froid de ce début du mois de février. Je suis en jogging-baskets, pas coiffée ni maquillée. Un peu négligée. Les gens passent, ils se succèdent dans la file de la boulangerie. Bonjour, une baguette, la plus cuite que vous avez, s’il vous plaît. Je remarque que les gens sont moins aimables que ce que je pensais. Je me surprends à déprimer un peu pour ces gens qui travaillent un samedi matin, dans cette boulangerie. Cela m’arrive souvent, de regarder de l’extérieur la vie des gens et de me sentir déprimée pour eux. C’est ridicule. Eux sont sûrement heureux de la vie qu’ils mènent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s